ménopause
Cheveux

Ménopause et cheveux : ce qui se passe et pourquoi

Pendant la ménopause, nos cheveux, comme notre corps, subissent de nombreux changements, découvrons lesquels.

Avez-vous remarqué des changements négatifs dans vos cheveux depuis la ménopause ?

Voyons pourquoi et ce que nous pouvons faire pour y remédier.

Vos cheveux ont-ils été particulièrement secs, ternes et clairsemés autour des tempes dernièrement ? Vous avez peur que la ménopause soit en cause et vous voulez savoir si c’est le cas et s’il existe des solutions ?

Nous sommes là pour vous donner des informations et des conseils qui vous seront certainement utiles.

Notre corps change pendant la ménopause, mais qu’advient-il de nos cheveux ? Voyons comment gérer au mieux les problèmes qui peuvent survenir ou qui se sont déjà produits.

Pendant cette phase très importante de la vie d’une femme, nous devons faire face à de nombreux changements physiques et émotionnels qui sont difficiles à accepter et avec lesquels nous devons apprendre à vivre.

Si vous êtes arrivé sur cette page, vous vous demandez probablement comment la ménopause affecte vos cheveux, quels en sont les effets négatifs et comment y faire face. Regardons de plus près et répondons à toutes ces questions.

Comment notre corps change : les hormones

Nous ne nous attarderons pas sur le sujet des changements physiques pendant la ménopause, car l’article deviendrait éparpillé et complexe. Examinons plutôt les principaux effets qui ont un impact sur les cheveux.

Pendant la ménopause, la production d’œstrogènes et de progestérone est réduite. Ces hormones régulent la croissance et la structure du cheveu, donc lorsque leur taux baisse, le cycle de vie du cheveu ralentit et il pousse moins. Non seulement cela, mais malheureusement, il sera plus faible et nous en perdrons davantage, notamment sur le front et les côtés du visage, où il aura tendance à s’amincir.

D’autre part, les hormones mâles, les androgènes, vont augmenter, entraînant un rétrécissement du follicule, rendant les cheveux plus fins et plus fragiles, et augmentant le nombre de poils plus fins et plus fragiles sur le visage, les lèvres et le menton. Le mécanisme par lequel les androgènes provoquent la chute des cheveux a été lié à la production accrue de cytokines, qui font entrer les cheveux dans la phase télogène et la papille dermique dans la phase de sénescence.

Le déséquilibre entre les androgènes et les œstrogènes peut faire apparaître des signes d’alopécie chez les personnes qui y sont déjà génétiquement prédisposées.

Le stress de ces changements affecte également la santé et l’apparence des cheveux. Combien de fois nos amis se rendent-ils compte que nous ne sommes pas bien, rien qu’en regardant l’état de nos cheveux ? Et les périodes transitoires telles que la pré-ménopause et la ménopause sont très stressantes pour nous.

Ces effets dépendent de chaque personne, certaines sont plus touchées et d’autres moins, car comme nous le disons toujours, chaque personne est différente et réagit différemment aux stimuli physiques, émotionnels et externes.

Jusqu’à présent, ça semble être un désastre, n’est-ce pas ? Mais essayons de réduire les mauvaises nouvelles et de vous présenter quelques remèdes.

Les traitements contre la chute des cheveux, y compris les maladies, sont nombreux et variés : lasers, casques à lumière rouge, mésothérapie, médicaments, etc. Nous en parlerons dans d’autres articles. Nous voulons ici nous concentrer sur le problème spécifique causé par la ménopause.

Il existe plusieurs solutions médicales aux effets des déséquilibres hormonaux et seul un médecin peut décider lesquelles sont les meilleures et les plus sûres. Nous ne parlerons pas ici des thérapies médicales car ce n’est pas notre domaine d’expertise. L’avis d’un médecin est la première et la seule chose à prendre en compte avant de se lancer dans une thérapie contre les effets de la ménopause. De nombreux aspects doivent être évalués : analyses de sang, thyroïde, carences, etc.

Lire aussi :  Comment onduler ses cheveux naturellement

Voyons maintenant ce que nous pouvons faire pour mieux vivre cette période et aider nos cheveux dans cette phase critique.

Comme nous l’avons mentionné précédemment, le déséquilibre hormonal modifie le fonctionnement de notre corps, les premières solutions à adopter sont donc celles qui peuvent interagir avec la production de ces hormones.

Nutrition ménopausique : les PHYTOESTROGÈNES

aliment phytoestrogene pour lutter contre la ménopause

Il existe des preuves scientifiques que le régime alimentaire peut aider notre corps à équilibrer la production d’œstrogènes.

Comment ? En incluant dans notre alimentation des aliments qui contiennent des phytoestrogènes. Les phytoestrogènes sont structurellement et fonctionnellement similaires aux œstrogènes des mammifères, mais ils proviennent d’une source végétale, d’où le préfixe « phyto » (plante).

Les principales classes de phytoestrogènes présentes dans l’alimentation courante sont les isoflavones (daidzein, genistein et glycitein), les coumestans et les lignans (enterodiol et enterolactone).

Les aliments courants qui contiennent des phytoestrogènes sont les suivants :

  • Légumes crucifères (chou-fleur, chou, chou de Savoie, etc.)
  • Le soja et certains aliments contenant des protéines de soja (tofu, tempeh, miso, lait de soja).
  • Légumineuses (haricots, pois, etc.)
  • Baies
  • Actée à grappes noires
  • Graines et céréales complètes
  • Cacahuètes
  • Vin
  • Angelica
  • Carottes
  • Onagre
  • Racine de réglisse
  • Oranges

Ces aliments peuvent aider à réguler et à traiter les symptômes de la ménopause et peuvent être intégrés naturellement à l’alimentation. Des études scientifiques ont montré que la meilleure dose journalière se situe entre 40 et 60 mg.

Si vous recherchez une approche plus directe, et en particulier des doses plus élevées, vous pouvez utiliser des compléments spécifiques contenant des phytoestrogènes dans les quantités et les qualités que vous jugez les meilleures. Les isoflavones de soja sont des exemples de tels compléments.

L’absorption des phytoestrogènes varie donc d’une personne à l’autre, et un certain nombre de conditions peuvent limiter leur métabolisme de manière négative. Il s’agit notamment de la prise d’antibiotiques, des déséquilibres alimentaires et des maladies du tube digestif (colite, constipation, etc.). Les phyto-œstrogènes sont hydrolysés par la flore intestinale et il est donc conseillé de les associer à des probiotiques et prébiotiques pour garantir leur efficacité.

Risques liés à la consommation de phytoestrogènes et cancer
Certains courants de pensée associent l’utilisation de phytoestrogènes à un risque accru de développer un cancer, mais selon la recherche, le sujet n’est toujours pas clair et il n’existe pas de preuves scientifiques solides.

Suppléments pour la ménopause

Outre les phytoestrogènes, dont le mécanisme est similaire à celui des œstrogènes et qui présentent également des contre-indications, il existe des compléments naturels qui permettent de contrer les effets négatifs de la ménopause et donc également les symptômes négatifs sur les cheveux.

Ceux qui ont donné des preuves scientifiques et que nous estimons devoir être inclus dans cette liste sont les suivants :

  • Ashwagandha
  • Epimedium
  • Maca
  • Muira Puama
  • Shilajit
  • Suma

Ashwagandha

Ashwagandha

Son nom scientifique est Withania somnifera et c’est une herbe médicinale ancienne. C’est l’une des herbes les plus puissantes que l’on trouve dans la nature, selon l’Ayurveda.

Une étude de 2012 a fourni des preuves sur la façon dont la prise de poudre d’Ashwagandha par un groupe de femmes a amélioré les symptômes de la ménopause. Les avantages les plus importants ont été l’amélioration des bouffées de chaleur, des problèmes de sommeil et de l’inflammation.

Il a été démontré que l’ashwagandha réduit les niveaux de cortisol, l’hormone du stress, jusqu’à 30,5 %. Un niveau de stress élevé est l’une des nombreuses raisons de la chute des cheveux. Plus le niveau de stress est faible, plus les chances de croissance des cheveux sont grandes.

Grâce à ses propriétés antioxydantes et à ses effets équilibrants sur le plan hormonal, il peut aider à prévenir la chute des cheveux et à promouvoir des cheveux brillants et sains.

Les chercheurs ont également noté que l’ashwagandha n’a produit aucun effet secondaire chez les participants.

Lire aussi :  7 conseils pour prendre soin de ses cheveux en automne

Epimedium

epimedium

L’Epimedium, également appelé Horny Goat Weed, est une plante médicinale utilisée depuis des siècles dans la médecine traditionnelle chinoise.

L’épimède peut être pris pour le syndrome prémenstruel et les symptômes de la ménopause. Cela est dû au fait qu’il est riche en flavonoïdes qui ont une activité phytoestrogénique ou faiblement œstrogénique.

Ainsi, en tant que phytoestrogène, il remplace la production d’œstrogènes, comme expliqué ci-dessus pour les aliments contenant des phytoestrogènes.

Maca

poudr de maca

La maca (Lepidium meyenii) se trouve traditionnellement dans les Andes (Pérou) et est utilisée depuis des siècles par les Péruviens indigènes à des fins médicinales et culinaires. Il fait partie de la famille des brassica (moutarde) et est apparenté au chou, à la moutarde, au colza et au navet. Les habitants des Andes utilisent la maca pour tout, du syndrome prémenstruel à l’équilibre hormonal, en passant par la libido et, bien sûr, la ménopause, depuis bien avant l’empire inca.

La maca a fait l’objet d’études scientifiques approfondies dans de nombreux domaines, dont beaucoup concernent les cheveux. Cette racine contient des composants actifs tels que des stérols, des amides et des alcaloïdes qui sont bénéfiques pour la santé. Dans une étude portant sur des femmes préménopausées, il a été démontré que la maca contribuait à tonifier l’axe hypothalamo-hypophyso-ovarien en rendant le déclin des œstrogènes moins erratique et plus progressif. Cela a permis de résoudre de nombreux symptômes courants de la ménopause.

Des études suggèrent également que la maca peut contribuer à la réponse au stress, ce qui laisse penser qu’elle pourrait contenir un composant adaptogène. Les adaptogènes aident à soutenir le système de réponse au stress de l’organisme, ce qui est crucial pendant la ménopause lorsque les hormones de stress augmentent. La recherche nous a montré à plusieurs reprises que si le cortisol, hormone du stress, est utile pour réagir à une situation urgente, un taux de cortisol chroniquement élevé raccourcit le cycle normal de croissance des cheveux.

Les résultats préliminaires d’une petite étude ont montré que les femmes post-ménopausées qui ont utilisé la maca pendant six semaines ont connu une réduction des symptômes psychologiques tels que l’anxiété et la dépression.

Il a été proposé que la raison de l’activité biologique de la Maca est liée à son activité antioxydante, ainsi qu’à son contenu en polyphénols, qui est utile pour maintenir de bons trophées dans la peau et les appendices, tels que les cheveux, les cils et les ongles.

Muira Puama

muira

Le Muira Puama (Marapuama) est une plante médicinale que l’on trouve dans la forêt amazonienne, en Guyane et au Suriname. Le Muira Puama semble aider à lutter contre les dysfonctionnements sexuels et certaines recherches suggèrent qu’il pourrait améliorer la fonction cognitive et réduire le stress, l’anxiété et la fatigue.

La racine et l’écorce de Muira Puama sont riches en alcaloïdes, composés phénoliques, acides gras, esters d’acides gras, huiles essentielles, stérols végétaux et triterpènes. Ses principaux composants sont les suivants : alcaloïdes, flavonoïdes et acides phénoliques.

Shilajit

shilajit

Le shilajit est une substance naturelle, une poudre brune, que l’on trouve dans l’Himalaya, en Inde, au Népal, en Russie, en Mongolie et dans le nord du Chili, formée au fil des siècles par la décomposition progressive de certaines plantes sous l’action de divers micro-organismes.

Le shilajit est utilisé depuis des siècles dans la médecine traditionnelle ayurvédique, qui lui attribue de nombreux avantages, notamment une longévité accrue, un rajeunissement et un effet anti-âge.

L’une des principales raisons pour lesquelles le shilajit est bénéfique pour la santé est qu’il contient des quantités abondantes d’acide fulvique. L’acide fulvique contribue à améliorer la capacité des intestins à absorber les nutriments et minéraux essentiels des aliments. Il améliore également la digestion, le système immunitaire, réduit les inflammations dans le corps et augmente les niveaux d’énergie. En outre, le Shilajit contient également un certain nombre de minéraux essentiels (tels que le fer, le sélénium, le zinc et le calcium), des vitamines, des terpénoïdes et des phospholipides qui sont connus pour être bénéfiques pour les effets anti-âge, les cheveux et pour apaiser les effets de la ménopause.

Lire aussi :  Comment avoir une chevelure parfaite en voyage

Le shilajit contribue à normaliser les niveaux de diverses hormones dans le corps, ce qui aide à la ménopause et prévient le processus de vieillissement car il possède des propriétés antioxydantes et inhibe les dommages cellulaires dus aux radicaux libres.

Suma

Le suma (Pfaffia paniculata), également appelé ginseng brésilien, est une herbe sud-américaine traditionnellement utilisée pour soutenir l’organisme en période de stress.

Le Suma contient du bêta-sitostérol, de la saponine, du stigmastérol, du fer, du magnésium, du zinc, des vitamines A, B1, B2, B5, E et K.

Suma optimise le fonctionnement de la glande surrénale, l’organe responsable de l’adaptation de l’organisme au stress et de la protection contre les maladies liées au stress. Le suma modulerait également le système immunitaire et pourrait réduire la fatigue.

Comme d’autres substances, ces composants, qu’ils proviennent d’aliments courants ou de compléments, peuvent être absorbés différemment d’une personne à l’autre. Le corps est un organisme extrêmement complexe avec de nombreux processus qui interagissent différemment selon le métabolisme, la prise d’autres médicaments et compléments et les maladies préexistantes. C’est pourquoi nous recommandons d’essayer plusieurs solutions sur une période donnée afin d’évaluer par nous-mêmes leur efficacité.

En plus de ces compléments spécifiques à la ménopause, et qui peuvent donc aider à combattre d’autres symptômes négatifs, nous vous recommandons également de suivre les autres conseils que vous trouverez dans nos articles sur les meilleurs compléments capillaires et remèdes contre la chute des cheveux.

Traitements externes

Les cheveux affaiblis doivent toujours faire l’objet de traitements externes et internes pour assurer le bien-être du corps, de la peau et des cheveux. Pour la santé du cuir chevelu stressé par les changements de la ménopause, nous pouvons recommander à la fois des traitements spécifiques et tous les autres remèdes spécifiques à la perte de cheveux que vous pouvez trouver dans les autres articles disponibles sur le blog.

Un flux sanguin inadéquat vers le cuir chevelu peut être une raison de la chute des cheveux en raison d’une réduction de l’oxygène et des nutriments atteignant le cuir chevelu. Il peut donc être utile d’utiliser des ampoules et des lotions à masser sur le cuir chevelu pour stimuler et améliorer la microcirculation. Consultez notre article sur les meilleures ampoules pour cheveux ici.

Pour le problème spécifique des cheveux fins et cassants, le spray à la kératine liquide peut aider. Il recouvre la tige du cheveu, lui donne du soutien, de la force et lui donne un aspect plus riche et plus complet.

Enfin, parlons de quelques perches pour nous aider à mieux gérer le stress des cheveux clairsemés : ce ne sont certainement pas des solutions définitives, mais elles peuvent nous aider psychologiquement.

Changement de coiffure

Cela n’a pas l’air de grand-chose, mais cela peut être une solution. Le stress et l’anxiété affaiblissent notre système immunitaire et augmentent la perte de cheveux. Le choix d’une coiffure qui rend les zones clairsemées moins visibles et nous donne plus de confiance peut nous aider émotionnellement à faire face à ce problème.

Changement de couleur

Les couleurs sombres amplifient la perception des zones non densément peuplées par nos cheveux, les couleurs claires masquent quelque peu cet effet visuel. Nous aimons aussi beaucoup les cheveux blancs naturels, nous les trouvons élégants et à la mode.

Accepter les changements qui surviennent

Nous faisons souvent face aux changements de notre corps et de notre âge avec difficulté, comme si nous en avions honte, mais cela dépend entièrement de nous et de nos perceptions.

Chaque âge a sa propre beauté et son propre rythme, comprenons-le et acceptons-le et nous pourrons être plus heureux.

Post Précédent Prochain Post

Vous Aimerez Aussi