smoking
Mode

Comment porter un smoking quand on est un homme ?

Messieurs, lorsque vous recevez une invitation mentionnant “tenue de soirée exigée”, il est fort probable que l’événement en question requière le port du smoking. Cette pièce majestueuse de la garde-robe masculine n’est certes pas des plus simples à maîtriser, mais nous allons vous guider à travers tous les aspects essentiels pour la porter avec élégance et distinction. Que vous soyez un habitué des soirées mondaines ou que ce soit votre première fois à enfiler ce costume si particulier, cet article vous apportera les clés pour briller lors de ces occasions spéciales.

Qu’est-ce qu’un smoking ?

Avant d’entrer dans les détails techniques, revenons brièvement sur les origines et la signification de cette tenue. Le smoking, également connu sous le nom de “tuxedo” outre-Atlantique, est un costume de soirée composé d’une veste noire et d’un pantalon de la même couleur, incluant des détails en satin pour un rendu sophistiqué. Son apparition remonte au milieu du XIXe siècle en Angleterre, lorsque les gentilshommes souhaitaient revêtir une tenue plus appropriée pour les soirées fumoir après le dîner. À l’origine, son but était de dissimuler les odeurs de tabac sur les vêtements, tout en offrant une alternative raffinée et décontractée au très formel frac. Au fil du temps, le smoking homme a gagné en popularité pour devenir l’incontournable habit masculin des grands événements nocturnes.

La veste de smoking

La pièce maîtresse de cette tenue réside indubitablement dans sa veste emblématique. Pour respecter les codes traditionnels, celle-ci arborera un col châle ou à pointes, rehaussé par des revers satinés apportant une touche de lumière à l’ensemble. Sa coupe se veut cintrée afin de sublimer la silhouette masculine, sans pour autant être trop près du corps. L’absence de fente dans le dos participe également à cette recherche d’élégance épurée. Les poches, quant à elles, sont passepoilées, c’est-à-dire bordées d’un liseré de la même matière que les revers. Enfin, les manches arborent traditionnellement quatre boutons recouverts de satin ou de soie, en harmonie avec le col et les revers. La boutonnière peut être simple ou croisée, selon vos préférences personnelles.

Lire aussi :  Quand arrêter d'utiliser un vêtement

La chemise

Si la veste constitue l’élément phare du smoking, la chemise n’en demeure pas moins cruciale pour afficher un look impeccable. Ici, aucun compromis n’est permis : elle sera d’un blanc immaculé, avec un col cassé ou rabattu spécialement conçu pour accueillir le nœud papillon. Le plastron, cette partie centrale de la chemise, peut être plissé ou piqué selon les styles. Les poignets sont quant à eux mousquetaires, c’est-à-dire ouverts pour laisser passer les boutons de manchette assortis. Certaines chemises haut de gamme vont même jusqu’à supprimer complètement les boutons du plastron, les remplaçant par des trous destinés à recevoir des boutons amovibles. Un petit luxe supplémentaire pour les puristes en quête de la perfection absolue.

Le pantalon

En parfaite harmonie avec la veste, le pantalon du smoking est généralement noir, reflétant les codes de l’élégance masculine. Sa coupe se veut droite et ajustée, avec une taille haute visant à affiner visuellement la silhouette. L’une des caractéristiques distinctives de ce vêtement réside dans la bande de tissu satinée ornant l’extérieur de chaque jambe. Ces bandes, accordées aux revers de la veste, apportent une touche de lumière et de raffinement à l’ensemble. Les poches, elles, sont verticales et alignées sur cette même bande pour un rendu sobre et épuré. Pas de ceinture ici : le pantalon de smoking se suffit à lui-même et doit tenir parfaitement sur vos hanches.

Gilet, bretelles et cummerbund

L’un des grands défis du port du smoking réside dans le choix de l’accessoire destiné à couvrir la taille. Trois options s’offrent à vous. La première, incontournable, est le gilet. Coupé bas et long pour laisser apparaître le plastron de la chemise, il arbore généralement un col châle en harmonie avec la veste. Son rôle ? Apporter une touche d’élégance supplémentaire, tout en permettant le port de bretelles lorsque celles-ci s’avèrent nécessaires pour un maintien optimal du pantalon. D’ailleurs, n’omettez pas de dissimuler entièrement ces bretelles sous le gilet pour un rendu irréprochable. La seconde option, plus traditionnelle, se nomme le cummerbund. Il s’agit d’une large bande de tissu plissée horizontalement, que l’on enroule autour de la taille. Historiquement utilisé comme poche de fortune avant l’apparition des poches sur les pantalons, il crée aujourd’hui une transition harmonieuse entre le haut et le bas du smoking. Son choix se fera généralement dans la même matière que les revers de la veste. Enfin, dernière possibilité : opter pour l’une ou l’autre de ces options, mais surtout pas les deux à la fois ! Ce serait un véritable sacrilège en matière d’élégance masculine.

Lire aussi :  Une boutique spéciale à Bourges, au centre de la France.

Les chaussures

Arrivés aux pieds, deux modèles de chaussures se démarquent nettement pour accompagner au mieux votre tenue de smoking. Les mocassins vernis à nœuds, d’abord, apportent une touche de décontraction bienvenue pour ce costume initialement destiné aux soirées détendues. Leur finition laquée en fait néanmoins un choix tout à fait approprié pour les grands événements nocturnes. L’autre incontournable demeure le richelieu, de préférence dans unmodèle “one-cut” taillé d’une seule pièce ou à bout droit rapporté. Vernis ou glacés, ces souliers sobres et minimalistes offrent une allure des plus racées. Dans tous les cas, évitons les modèles trop ornementés ou affichant des bouts extravagants : le raffinement est de mise avec un smoking.

Le nœud papillon

Il n’y a pas de smoking sans nœud papillon, et encore moins de nœud papillon pré-noué ! C’est une étape cruciale que de choisir et nouer vous-même ce petit accessoire en soie qui viendra rehausser le col de votre chemise immaculée. La couleur idéale demeure le noir profond ou, à défaut, une teinte foncée telle que le bleu nuit ou le bordeaux. Les coloris éclatants sont à proscrire : le but est de créer une harmonie d’ensemble, non de détourner tous les regards sur ce seul élément. Quant à la forme et la taille du nœud, veillez à respecter les proportions de votre visage et de votre col. Un visage plus allongé se mariera parfaitement avec un nœud plus étroit, quand un col évasé appellera un modèle légèrement plus volumineux.

Les accessoires

Pour les puristes, un smoking n’a nul besoin d’accessoires supplémentaires. Il n’en demeure pas moins que quelques touches personnelles apportées avec parcimonie peuvent le rendre encore plus distinctif. Pourquoi ne pas envisager, par exemple, d’ajouter une pochette de costume immaculée dans la poche supérieure de votre veste ? Une montre de ville sobre, au boîtier fin et au cadran épuré, fera également merveille pour compléter l’ensemble avec raffinement. Enfin, un dernier petit luxe s’offre à vous : les boutons de manchette. Coordonnés avec ceux de votre chemise, ils offriront une signature unique et supplémentaire à votre tenue de gala.

Lire aussi :  Un bijou infini, qu'est-ce que c'est ? (signification et symbolique)

Quand porter le smoking ?

Le port du smoking reste soumis à un code bien précis : cette tenue est réservée aux occasions nocturnes les plus formelles. Dîners de gala, soirées mondaines, remises de prix, représentations théâtrales… Toutes ces célébrations placées sous le signe du prestige et du raffinement autorisent, voire exigent, l’apparition de ce costume iconique. En revanche, le smoking reste totalement proscrit des événements diurnes, quels qu’ils soient. Le jour, privilégiez donc le costume classique, même pour les mariages ou autres réjouissances officielles. La nuit tombée, c’est le moment idéal pour laisser briller votre élégance en toute circonstance !

Le style personnel

Au fil des décennies, deux écoles se sont formées concernant le port du smoking. La première, traditionaliste, prône un respect total des règles séculaires dictant les moindres détails de cette tenue d’apparat. Pas de fantaisie, de couleurs originales ou de motifs extravagants : le but est de refléter avec la plus grande justesse les codes de l’élégance masculine. L’autre tendance, plus contemporaine, offre une liberté d’expression en autorisant quelques touches personnalisées. Une pochette de costume aux couleurs vives, un nœud papillon à motifs géométriques, ou encore un gilet en velours pourront ainsi venir égayer subtilement votre mise. Notre conseil ? Maîtrisez d’abord les bases du smoking avant de tenter de le réinventer. Une fois les fondamentaux acquis, vous pourrez alors explorer quelques variations avec discernement, sans jamais tomber dans l’excès.

Post Précédent Prochain Post

Vous Aimerez Aussi

Pas De Commentaires

Laisser une Réponse